Chez Eliane Daphy (site officiel - méfiez-vous des contrefaçons)

Accueil > Publications et productions : Eliane Daphy, ma vie mon œuvre > *Responsabilités et éditions scientifiques > Colette Pétonnet (dir.), Yves Delaporte (dir.) & Eliane Daphy (...)

Colette Pétonnet (dir.), Yves Delaporte (dir.) & Eliane Daphy (invisible) - Ferveurs contemporaines. Hommage collectif à Jacques Gutwirth

Rétropublication en archives ouvertes par Eliane Daphy

mardi 2 janvier 2007, par Eliane Daphy

FERVEURS CONTEMPORAINES. TEXTES D’ANTHROPOLOGIE URBAINE OFFERTS À JACQUES GUTWIRTH, RÉUNIS PAR COLETTE PÉTONNET ET YVES DELAPORTE

Avertissement : avec l’autorisation des éditeurs scientifiques et des auteurs, entre mai 2005 et juillet 2006, j’ai mis en ligne en archives ouvertes l’ensemble de l’ouvrage (sauf le mien, mis en ligne en août 2008).

JPEG - 22.9 ko
JPEG - 27.8 ko

1993 Editions L’Harmattan (Connaissance des hommes), 347 p.
Saisie et mise en page : Eliane Daphy
ISBN 3738422403

SOMMAIRE


- Préface

- Le pouvoir du sacré

- La technique et l’officiant

- Croyances à l’œuvre

- Astreintes et fidélités

- Décroire

- Figures de la vie profane

- Contours et limites

- Savoir

- Quatrième de couverture
L’ensemble de ces diverses ferveurs, religieuses et profanes, couvre la quasi-totalité des champs de l’ethnologie. On y trouvera des syncrétismes religieux, des cultes déviationnistes et des références au judaïsme. L’urbain y est partout sensible, dans des villes comme Naples, New York ou Chicago, dans le déplacement incessant des citadins. L’exotisme n’est pas absent qui dévoile, au contraire, des aspects inconnus du Japon ou de Cuba, mais aussi de Paris dans l’approche intimiste des Algériens ou des Sri Lankais. La fidélité à l’enseignement reçu jadis est décelable dans l’attention portée aux techniques, aux objets, et à la méthode. L’ordonnancement de l’ouvrage dessine, dans le déroulé des titres de chapitres, le profil de tout ethnologue et celui du laboratoire d’anthropologie urbaine du C.N.R.S. dont Jacques Gutwirth fut directeur.

- Compte-rendus de l’ouvrage

  • 1994, Régine Azria, Archives des sciences sociales des religions n° 86, pp. 299-300.
    En ligne sur Persée
  • 1996, Tatiana Guelin, Méridiès n° 21/22 (« Hommage à Jeanine Fribourg. Vol II », ss la direction de Jacques Gutwirth et Georges Drettas), pp. 715-722. [nouvelle version modifiée de L’année sociologique 1995 45/1 : 216-224.
    Copie du CR sur demande à Eliane Daphy

A venir, dans le cadre de ma thèse sur travaux (partie : mode de production de la recherche, expériences d’une doctorante en rade et chercheur hors-statut), le récit de la production de cet ouvrage (en papier, et version numérique). Pour l’ouvrage papier, mon travail est crédité de « saisie et mise en page » [p.3]. La réalité de mon travail a certes été la « saisie et la mise en page ». Comme la saisie était faite en partie (date de production : 1991) à partir de manuscrits ou tapuscrits des auteurs, mon travail a aussi consisté à « relire », soit en clair, relever les fautes de syntaxe et d’orthographe, et les corriger, et à négocier avec les auteurs des modifications lorsque leurs phrases étaient bancales ou incompréhensibles. En collaboration avec Yves Delaporte, j’ai ensuite assuré la vérification des références bibiographiques et leurs compléments, le travail d’édition scientifique (formulation des suggestions, négociations des modifications). Colette Pétonnet a refusé la proposition d’Yves Delaporte que nos trois noms apparaissent sous l’intitulé « sous la direction scientifique de » ; la directrice de l’UPR34 LAU a choisi « offerts à Jacques Gutwirth et réunis par », en mettant son nom en premier : « offerts à Jacques Gutwirth et réunis par Colette Pétonnet et Yves Delaporte ». La raison officielle du non-crédit de mon travail (payé par missions, tarif inférieur au tiers du SMIC de l’heure) était que puisque le LAU demandait en 1991 à la direction du département SHS du CNRS la création d’un poste d’ingénieur d’études qui m’était destiné, mettre mon nom comme responsable d’un ouvrage scientifique était nocif pour la réussite de mon futur concours, car j’aurais ainsi été affichée comme « trop chercheur ».