Chez Eliane Daphy

Accueil > Vrac A l’auberge virtuelle de la bonne arrive > * Chez Eliane Daphy > Auto-fictions de Bécassine, clampine de base > L’édifiante histoire du directeur de laboratoire qui ne reçoit pas ses (...)

L’édifiante histoire du directeur de laboratoire qui ne reçoit pas ses mails

lundi 1er avril 2019, par Eliane Daphy

Avertissement

Ceci est une texte de fiction. Toute ressemblance avec des situations existantes ou ayant existé serait entièrement fortuite et indépendante de la volonté de l’auteure.
Il va sans dire que les trucs et astuces qui suivent sont sans objet, ce type de domination hiérarchique ne saurait exister au sein d’un laboratoire CNRS ; les directeurs de laboratoires CNRS étant tous très attentifs à la qualité des conditions de travail de leurs personnels, et soucieux de bien valoriser le travail de leurs collaborateurs.

Une technique efficace pour rendre fous ses collaborateurs "petits personnels", observable dans n’importe quelle organisation -dont les laboratoires de recherche- consiste pour un supérieur hiérarchique (par exemple, le directeur de laboratoire pour une ingénieure CNRS) à donner ordres et contre-ordres, à changer sans cesse les "priorités urgentes", toujours oralement sans traces écrites et sans témoins. Et surtout, à n’être présent et disponible dans son laboratoire que fort rarement (les colloques et missions à l’étranger remplissent fort bien ce rôle).

Une technique de résistance passive à ces malversations, conseillée par les services des ressources humaines, consiste pour le petit personnel à envoyer après chaque ordre / contre-ordre / changement de priorité urgente un mail poli disant "Monsieur le directeur, J’ai pris bonne note de votre consigne de etc. Bien respectueusement".

Le directeur de mauvaise foi peut ensuite prétendre qu’il n’a jamais reçu les mails en question, ce qui est faux. Il faut sans doute comprendre par recevoir "lire", car ce genre de supérieur indisponible a l’habitude de ne pas lire ses mails… Une solution, également suggérée par la direction des ressources humaines, est de se mettre soi-même en copie (visible) de ses propres mails, voire pour les questions importantes, de mettre une troisième personne en copie visible.

Voici ce que peut donner ce genre d’échanges. L’ingénieure envoie un mail à son directeur de laboratoire demandant la résolution d’un problème, avec copie visible à elle-même et au responsable du service technique concerné. Le responsable du service technique envoie une réponse par mail à l’ingénieure et au directeur de laboratoire, avec copie du mail de demande de l’ingénieure intégrée dans son mail de réponse. Le directeur répond à son tour, en écrivant "Cher responsable technique, je n’ai pas reçu le mail de l’ingénieure", mail qui figure toujours en copie dans sa réponse, avec comme destinataire principal bien visible "le directeur".

Cet échange fait beaucoup rire le responsable du service technique, qui lui, sait lire les mails qu’il reçoit. Et a l’habitude d’y répondre.

Hilarant, n’est-il pas ?

Je suggère cependant aux petits personnels, victimes de ce genre de directeur ayant comme méthode de gestion le mensonge et le harcèlement, d’employer ce petit système innocent d’obtention de preuves écrites avec précaution. Il convient, cela va sans dire, de conserver précieusement les copies des mails (de préférence sur une sauvegarde externe, ou en documents papiers). Les dictateurs, le fait a été prouvé par les historiens, sont souvent particulièrement sensibles au ridicule, et si la dérision est une excellente arme innocente des dominés, elle peut déclencher des réactions violentes et disproportionnées des supérieurs hiérarchiques quand ils perdent la face. Les directeurs d’organisation (laboratoires ou autres) ne disposent pas du droit de vie et de mort sur leurs subalternes, du moins selon la loi actuelle française. Ils peuvent toutefois user sans limites de la violence symbolique. Violence symbolique dont l’ethnologie, et avec elle de nombreuses disciplines scientifiques, a montré la force destructrice sur des individus pris au piège de ces systèmes organisationnels pervers.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)