Chez Eliane Daphy (site officiel - méfiez-vous des contrefaçons)

Accueil > Publications et productions : Eliane Daphy, ma vie mon œuvre > Eliane Daphy : glorification et press-book ô pardon on dit ranking > 1994, par Rebeca de Gortari : "De como la musica se convirtio en una (...)

1994, par Rebeca de Gortari : "De como la musica se convirtio en una industria del espectaculo y como abordarla : la obra de Eliane Daphy"

Papeles de tecnologia y cultura, n°3, Mexico

samedi 2 septembre 2017

Rebeca de Gortari, 1994 (Enero), "De como la musica se convirtio en una industria del espectaculo y como abordarla : la obra de Eliane Daphy", Papeles de tecnologia y cultura n°3, pp.7-8, Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM), Mexico



PDF - 2.6 Mo
Gortari_1994_PCT.pdf

*

Rebeca de Gortari, Investigadora del Insituto de Investigaciones Sociales, UNAM, Mexico

*

GIF - 15.3 ko
Universidad Nacional Autónoma de México
UNAM

- Ajout au 2 septembre 2017

Ce petit texte explique la création le 1er septembre 2017 d’une "entrée" Rebeca de Gortari sur "wikida..., la banque de données des wikipédia… alors que les travaux de Rebeca sont complétement ignorés des différentes versions linguistiques de wikipédia (rien en anglais, rien en espagnol, rien en français…).

Le contributeur de cet enregistrement sur la banque de données est le pseudonyme "Nomen ad hoc" (ex Pro Patria Semper), auteur sous pseudonyme spécialisé dans la promotion des négationistes, des idées et personnages d’extrême droite. Il est également très actif dans l’effacement et l’invisibilisation des informations sur les statuts académiques des spécialistes (historiens, économistes, sociologues, ethnologues, philosophes…).

Une autre spécialité notable de ce "contributeur" aux projets de la Wikimedia fondation est le harcèlement transwiki : je suis bénéficiaire d’un traitement de faveur de la part de ce "patriote", dont le sexisme n’a d’égal que son admiration pour les négationistes.

La création d’entrées wikidata participe d’un harcèlement particulièrement pervers, particulièrement pervers car il n’est visible que de la personne ciblée.