Chez Eliane Daphy (site officiel - méfiez-vous des contrefaçons)

Accueil > A l’auberge virtuelle de la bonne arrive > * Chez Eliane Daphy > En savoir plus… > Qui c’est, la dame ? > J’aime les bateaux, la mer et les marins

J’aime les bateaux, la mer et les marins

mardi 20 mai 2008, par Eliane Daphy

En bateau - 1984
Je suis née à La Rochelle. J’ai passé mes étés d’enfance dans l’île de Ré.
Ensuite j’ai fréquenté la Bretagne, région d’origine de la mère de ma mère. Ses ancêtres (matrilinéaires) étaient marins pêcheurs.
J’aime les rencontres de vieux gréments, et les festivals de chants de marins. J’aime garder le port avec des amis chanteurs et musiciens, en chantant des chansons, en se racontant des histoires, dans un café, avec les tournées de vin blanc, jusqu’à ce que le jour se lève.

J’aime les bateaux, la mer et les marins. J’aime les marins qui naviguent en mer.

J’ai retrouvé cette photo. Rares sont les photos de moi que j’aime, et j’aime celle-là. Les couleurs en étaient passées, je l’ai scannée en noir en blanc. Elle date des années 1980.
C’était pendant un stage de voile à l’île aux Moines en Bretagne, organisé pour les ados par la ville d’Antony. Pierrot nous avait invités à y participer, nous étions de très vieux ados, qui n’avaient jamais navigué. Nous avons chaviré plus souvent qu’à notre heure. Nous sommes partis vers l’île d’Houat, nous n’y sommes jamais arrivés, car la tempête s’était levée.

Le père de la mère de ma mère était marin pêcheur. Il est mort avant ma naissance. Le frère de la mère de ma mère était marin pêcheur. Quand j’étais petite, j’allais avec ma mère à l’entrée du port de pêche de La Rochelle attendre le retour de son bateau ; je me souviens encore du hurlement des sirènes, et des cris de joie des femmes.

Quand j’étais petite, on me racontait que la place des femmes n’étaient pas sur les bateaux, parce qu’elles y portaient le malheur, avec le rouge de leur sang. La mer est un monde pour les hommes.

Lorsque Nicole a choisi de s’en aller, au mois de mai dans l’île de Ré, pour son dernier voyage, je lui ai donné une grande carte postale du Belem, pour la faire brûler avec elle.

Un jour d’hiver, veille de la Noël, j’ai rencontré un marin qu’était bloqué loin de son port. J’en ai rêvé pendant des nuits, d’aller naviguer avec lui. C’était un marin solitaire, nous aimions les mêmes musiques, il n’aimait pas mes chansonnettes et je suis donc restée à terre.

J’aime les bateaux, la mer et les marins. J’aime les marins qui naviguent en mer.

Bientôt un petit montage sonore pour le dire en chansons…