Chez Eliane Daphy

Accueil > Vrac A l’auberge virtuelle de la bonne arrive > * Chez Eliane Daphy > Militantisme, infos et coups de gueule… > 2008.05.25 - Appel des invisibles : nous demandons la solidarité des (...)

2008.05.25 - Appel des invisibles : nous demandons la solidarité des statutaires - Academic Pride

lundi 26 mai 2008, par Eliane Daphy

Appel des invisibles

Nous sommes la recherche et l’université
Nous sommes la partie d’un tout
Nous sommes fiers de nos métiers
Nous sommes fiers de nos disciplines, de nos savoirs et de nos savoir-faire
Nous sommes les petits, les clandestins, les précaires
Nous sommes invisibles
Nous sommes en danger. Nous sommes en colère
Nous ne nous laisserons pas faire
Nous sommes la partie d’un tout. Nous sommes la recherche et l’université
Nous avons bien constaté que certains des privilégiés nous ont déjà laissés tomber
Ces mandarins trop occupés à protéger leur notoriété
Nous les petits, les clandestins, les précaires
Nous les CDD les sans-statuts les sans-droits
Nous appelons à la solidarité des statutaires
Nous demandons la fin du travail gratuit, des CDD
Nous demandons la fin des concours bidons
Nous demandons de travailler dans la dignité
Nous demandons la fin des DU et chefs de service méprisants exploiteurs
Nous sommes la recherche et l’université
Nous sommes la partie d’un tout
Nous sommes des milliers
Des masques blancs derrière nos visages
Pour bien monter notre existence
Nous nous donnons rendez-vous
Le 27 mai dans la rue
A l’Academic Pride - Marche de tous les savoirs

JPEG - 2.9 ko
Texte écrit par Eliane Daphy, ingénieure d’études CNRS 2e classe, intégrée au CNRS à 50 ans en 2002, après 20 années de bons et loyaux service comme enseignante chercheure hors-statut précaire dans l’enseignement supérieur et la recherche, et comme bonne à tout faire au black dans un labo CNRS, pour le ministère de la culture, pour des écoles d’infirmières de l’assistance publique…


Messages

  • Merci à l’auteur de ce texte magnifique, qui me redonne le moral. Je suis docteur en géographie depuis 2002, et je survis en donnant des cours dans des collèges comme remplaçant.

    • Salut à vous collègues camarades invisibles

      Vous avez été nombreux à m’envoyer des mails perso pour me remercier pour ce texte, souvent avec des mots fort émouvants. Je vous en remercie. Je n’ai pas répondu à vos messages, je n’y répondrai pas, et je vous explique franchement pourquoi, sans prendre le prétexte "trop occupée par l’organisation de l’Academic Pride".

      Contrairement à ce que pensent certains, je vous affirme que SLR n’est pas un mouvement de mandarins soucieux de conserver leurs privilèges, et qui s’en "foutent complètement des précaires et des personnels des laboratoires Cnrs". Contrairement à ce que pensent certains, ce n’est pas vrai que les syndicats sont "depuis longtemps indifférents à la situation catastrophique des précaires". Contrairement à ce que pensent certains, ce n’est pas vrai que "SLR, SLR et les syndicats protègent les maffieux responsables des concours bidons dans certaines disciplines". Non, tout cela n’est pas vrai.

      Ce n’est pas en m’écrivant votre rage, en me racontant les humiliations que vous vivez au jour le jour dans vos laboratoires, en me racontant le désespoir des précaires, la violence des rapports hiérarchiques dans vos laboratoires, situations que je connais bien pour les avoir vécues pendant des années, que nous ferons changer les choses. Ce n’est pas en dénonçant publiquement sur des blogs persos les dérives et le fonctionnement archaïque de certaines disciplines que vous arriverez à faire changer les choses, vous n’arriverez qu’à vous griller du métier personnellement.

      Camarades petits personnels, ce n’est pas en me disant que vous n’en avez rien à foutre si le CNRS crève, et que bien mieux, vous en seriez contentes si enfin vos DU sans parole et sans honneur pouvaient vivre eux aussi à leurs tours quelques galères, que cela changera. Vous savez bien que nos notoriétés arriveront à s’en sortir, et que nous serons encore une fois les perdantes.
      Ce n’est pas en me racontant que ce sont là les raisons pour lesquelles vous ne participerez pas à l’Academic Pride, pour ne pas soutenir les mandarins et les DU dictateurs, que nous arriverons à vous aider.
      Ce n’est pas en pensant qu’en jouant les cartes individuelles du féodalisme et la protection par un mandarin au pouvoir, parce que vous êtes sinon le meilleur du moins vraiment très malin, que vous allez pouvoir vous en sortir. C’est en hurlant ensemble que nous voulons des créations de postes statutaires, un plan pluriannuel pour l’emploi dans la recherche et l’université.
      Camarades précaires, c’est en vous mobilisant, en vous organisant, en passant du stade du désespoir individuel à celui du collectif de lutte, unis et solidaires, que nous pourrons essayer de changer vos situations.

      Précaires, petits personnels et statutaires, unis et solidaires

      C’est en écrivant publiquement ce que vous m’avez écrit en perso, sur les forums des articles où nous texte a été publié pour faire savoir ce que vous vivez au jour le jour (y compris en utilisant des pseudos pour vous protéger), que votre colère et votre désespoir seront entendus. Ces messages seront publiés. Sur le forum du magnifique texte d’[Alain Trautman Scientifiques, ouvrez les yeux ! sur le site SLR, ou/et sur la suite de mon message sur le site de l’Academic

      En toute logique, je ferme le forum de cet article sur mon site perso.

      A bientôt j’espère tous ensemble dans la lutte

    • Réponses à plusieurs mails.

      • On dit que les forums Academic sont fermés

      (c’est vrai)

      • On dit que le texte sur le site de SLR est paumé

      (c’est vrai)

      • On dit qu’on ne peut même plus commenter

      (c’est vrai)

      • On dit qu’impossible avec l’auteure discuter

      (c’est vrai)

      • On dit que elianedaphy se serait dégonflée

      (PAS VRAI)

      Allez-le forum est ouvert de nouveau…

      Sur l’air de… Tiens, à deviner

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)