Chez Eliane Daphy

Accueil > Chansons-papier et édition musicale > Du temps des cerises aux feuilles mortes - canular de l’université de (...) > 2010.08.26 La Chanson des Mouchoirs - Répertoire Félix Mayol (exemplaire 2) - (...)

2010.08.26 La Chanson des Mouchoirs - Répertoire Félix Mayol (exemplaire 2) - medihal-00510830 - Du temps des cerises aux feuilles mortes Université de Napierville udenap.org (canular)

dimanche 10 avril 2011, par Eliane Daphy

La Chanson des Mouchoirs - Répertoire Félix Mayol (exemplaire 2)

La Chanson des mouchoirs, créée par Mayol. Paroles de A. Ch. Abadie, Musique de G. Gabaroche. Edition Vve Ch. Mayol, 37 Faubourg Saint Martin. [intérieur, date, 1911] Collection personnelle Eliane Daphy
Mots Clés : chanson-papier – édition musicale – Mayol

medihal-00510830, version 1 Samedi 21 Août 2010, 21:04:13

La Chanson des Mouchoirs - Répertoire Félix Mayol (exemplaire 2), Vve Charles Mayol Éditeur .

Déposée en © - interdit de l’utiliser sans mon autorisation, ou pour être précise, sans l’autorisation des ayant-droits (l’éditeur et le photographe).

A comparer avec l’image sur le site ’Du temps des cerises aux feuilles mortes ; pdf de saisie de l’écran du site le temps des cerises… en date du 21 août 2010.

La Chanson des Mouchoirs - Collection Docteur Jacques Perroud

Quelle étrange ressemblance - se peut-il qu’il existe dans deux collections différentes des images avec des taches exactement identiques ? Non, bien sûr, cet exemplaire de la chanson-papier des Mouchoirs fait partie de ma collection personnelle, soigneusement classée dans mes archives. Les webmasters avaient été informés du fait, et de ma demande de retirer cette image d’une chanson-papier de ma collection.

On la trouvait ici entre fin août et récemment le lien est désormais planté
Lien planté, en attendant sa remise en ligne, avec retraitement soignée de l’image, pour effacer les tâches marques de propriété du format ?

L’explication peut être double : 1) soit les voleurs d’images ont profité de la faille de l’archive Médihal alors en construction (version béta, possibilité de télécharger les images déposées au format tiff non-tamponnées par le robot hal) ; 2) soit les voleurs d’images ont attribué en toute connaissance de cause des images à la collection "docteur Jacques Perroud", ce dernier (pseudo Brinqueballe) étant un vendeur ebay auprès de qui j’ai acheté au printemps dernier des partitions. C’est l’hypothèse 2 qui est la bonne.
J’ai essayé de négocier à l’amiable la mention sur ce site pirate de l’origine des images volées de ma collection… J’aurais mieux fait de mettre en ligne l’information tout de suite sur mon site. Les webmasters m’ont répondu qui’ls ne mettraient pas en ligne mes images, car elles étaient de "mauvaise qualité", et que le tampon Médihal les dénaturait. Sous prétexte de mettre en ligne des images de "bonne qualité", ils se permettent donc de récupérer des images mises en ligne dans d’autres collections, et les mettre en ligne après retouche sur leur site, en les attribuant à "collection personnelle" des auteurs, ou "collection Docteur Jacques Perroud". Chapeau, les artistes !

Que soient mises en ligne sur ce site des images de photocopies ou des images volées sur le site de Gallica, annoncée de façon tonitruante la mise en ligne d’images "inédites" depuis belle lurette déposées par mes soins sur Médihal, toutes ces petites pratiques malhonnêtes illustrent le sérieux de ce site. Que se fassent pièger des gogos avec l’attribution "Université de Napierville", qui laisse penser qu’il s’agit d’un site universitaire, autant pour les nigauds. Que les webmasters jouent à mettre en ligne des images dès qu’ils ont repéré leur présence sur Médihal, ça me fait rire. Ces grands spécialistes auto-proclamés de Mayol n’ont pas référencé dans leur répertoire Mayol des chansons attestées par leur dépôt sur Médihal, ou présentes sur la collection "Illustrated Sheet Music->http://www.imagesmusicales.be/]. Pour ne pas avoir à faire le lien vers des sites où les internautes peuvent aussi voir des images de chansons-papier ? C’est petit, et inefficace question qualité des informations mises en ligne.

title="Du Temps des cerises aux Feuilles mortes - Le site sur la chanson française de 1870 à 1945" border="0" />


Avis donc aux acheteurs de partitions sur ebay : en achetant des partitions à Brinqueballe, vos propriétés risquent de se retrouver en ligne sur le site du temps des cerises, créditées de "collection Docteur Jacques Perroud". Il ne manque pas sur ebay ou delcampe de vendeurs honnêtes, auprès desquels on peut acheter en toute confiance des partitions.

NB. Mise en ligne suivra de la facture de mon achat auprès de ce vendeur ebay, pseudo-collectionneur.

Messages

  • La démonstration est saissisante. Il est évident que ce site vous vole vos images et donc votre travail. Je suis consterné de ce que j’apprends sur ce site sur la chanson, que je croyais sérieux. Comment l’université justifie le manque de morale de ses personnels ?

    Christine, amatrice de vieilles chansons françaises

    • Réponse du fondateur et de l’un des webmestres Du Temps des cerises aux Feuilles mortes :

      Nous avons tenté à plusieurs reprises d’expliquer à Madame que si elle est propriétaire de la partition dont elle affiche une photo sur son site, elle n’a aucun droit de propriété sur une photo de cette même partition prise avant qu’elle s’en porte acquéresse. De la même façon que le nouveau propriétaire d’une maison ne devient pas automatiquement propriétaire des photos prises de cette maison avant qu’il n’en prenne possession.

      Jamais avons-nous dit sur notre site que nous étions les proprétaires de la partition dont elle possède une des nombreuses copies et nous inssistons sur le fait que nous en publions une photo prise par son propriétaire précédent qui demeure toujours le propriétaire de cette photo.

      Il y a là une nuance sur laquelle il est inutile d’insister.

      Cordialement,

      Paul Dubé
      www.chanson.udenap.org

    • Réponse de Madame. Madame est ravie de publier la réponse du webmaster. Il se trouve que l’avis du webmaster sur les droits de propriété à l’image de biens mobiliers (les partitions) ne correspondent pas à la législation française. Il se trouve que certaines partitions, bien qu’ayant été produites en série, sont des objets uniques, identifiables. La publication des images des partitions ne fait pas partie des droits du vendeur.
      Le fondateur du site va aussi m’expliquer ici qu’il est le propriétaire des images de la BNF/Gallica qui figurent sur son site, après suppression du timbre du dépôt légal ? Le tribunal français qui va trancher de cette question sera-t-il du même avis ?
      Merci au fondateur du site de démontrer ainsi la confusion qu’il entretient volontairement entre "collectionneurs de partitions", et "collectionneurs d’images de partitions". Merci au fondateur du site de montrer ainsi qu’il sait que les partitions font partie de mon fonds personnel.

    • Ah que c’est comliqué votre conception des droits d’auteur :

      La prise de la photo par un photographe, le transfert et la restauration de disques 78t. par un technicien, la note écrite par un employé de chez Gallica, tout ça, est sujet à des droits d’auteur :

      PAS un petit format ou un 78t en tant que tels... Sous certaines conditions, bien entendu : le petit format doit avoir 75 ans ou plus (je simplifie), le son ou l’enregistrement sur un 78t. ("erformance" en anglais), s’il a plus de 50 ans, etc.

      Gallica peremt la libre diffusion de SES photos sous certaines conditions mais ne revendique pas le droit de propriété sur les petits formats que ses employés ont photographié. - Lire leur avis.

      Nous n’avons pas photographié (lire : digitalisé) VOTRE petit format quand vous en étiez propriétaire (il aurait fallu, à ce moment-là demander votre permission) mais bien avant ET avec la permission de son propriétaire d’alors. Ce travail, la digitalisation, lui, est sujet à des droits dauteurs. Tout commela digitalisation que vous en faites. - Mais vous publiez les deux sans vous poser de questions tout comme, vous avez utilisé sur votre site, le sigle de l’UdeNap et l’entête de notre site sur la chanson... sans égard aux droit d’auteur (conception, etc.) qui y sont rattachés. - Il semble que cela ne vous pose pas de problèmes... Curieux, n’est-ce pas ?

      Lire notre page sur les copyrights et celles de Gallica ou de n’importe quel site ou librairie - Le livre vert chez Frémeaux également. - Tout cela y est clairement exposé car vous ne pensez surtout pas que nous allions créer un site sans nous renseigner, non ?

      Et pendre note tandis que vous êtes là, que le site dutempsdescerisesauxfeuillesmortes.net est un nom de domaine enregistré.

      Cordialement,

      Paul Dubé
      UNE des personnes à la base de l’UdeNap et non son fondateur. - J’y tiens une chronique sur la musique en général. - Ne pas confondre avec chanson.udenap.org qui est un site totalement à part. - Correction s.v.p.

    • Quelques élèments de réponses, avant que je ne fasse un billet argumenté.

      1) Vous n’avez rien photographié du tout : vous avez récupéré les scans des images de partitions vendues par un vendeur ebay, provenant du vendeur, et vous avez renseigné ces images comme étant sa collection personnelle du vendeur.

      2) Vous n’avez jamais eu ces partitions entre les mains, et vous ignorez tout de leurs contenus, à part l’image de l’objet mis en vente sur ebay.

      3) Vous avez mis en ligne ces images après leurs dépôts sur Médihal, pour la plupart d’entre elles.
      A savoir : chaque dépôt sur médihal a son journal de bord, qui conserve les informations. Les datations sont donc prouvables. Pas de traffic sur les dates possibles : c’est ainsi, dans le monde des archives ouvertes scientifiques. Pas du tout comme sur votre site, où vous mettez en ligne de nouvelles pages en les antidatant.

      La suite, plus tard.

  • Il se s’agit pas de « droits d’auteurs », mais de droits à l’image sur des objets dont je suis la propriétaire, sachant que ces objets, bien que produits en série, sont devenus des objets uniques (pour une partie) grâce aux marques du temps. Les images de ces partitions sont en ligne sur Médihal, en libre accès. Les questions que je pose sont les suivantes :
    • Avez-vous le droit d’utiliser ces images sans citer leurs sources ?
    • Est-ce qu’un vendeur est propriétaire de l’image des partitions qu’il a vendues ?
    • Est-ce que le fait de trafiquer des images vous rend propriétaires du droit à l’image sur des objets que vous ne possédez pas ?
    • Est-ce légitime d’attribuer à la collection d’un vendeur des partitions qui n’ont jamais fait partie d’une collection, puisque le vendeur mettait en vente ces objets dès qu’il les avait dénichés (cf. nos échanges de courriers mails).

    Je vous précise qu’à l’époque où j’ai acheté des partitions chez ce vendeur, il ne connaissait même pas l’existence de votre site (cf. les mails qu’il m’a envoyés).

    Cela ne sert pas à grand-chose d’essayer d’embrouiller les internautes avec des arguments hors-sujet et hypocrites. Il est évident pour qui observe votre site que vous vous autorisez à mettre en ligne des images volées sur le net, en les renseignant comme étant de la « collection personnelle des auteurs ». Comme il est aussi évident que votre site ne respecte pas les règles que vous énoncez comme étant les siennes (exemples à suivre). Comment allez-vous expliquer qu’est en ligne sur votre site l’image d’une partition que je viens d’acquérir chez Delcampe (site d’enchères) ? Comment allez-vous expliquer que des images en ligne sur des petits sites se retrouvent sur votre site, sous l’étiquette « collection des auteurs » ?

    • Madame,

      Sur notre site existe en ce moment 1 255 PHOTOS de petits formats de provenance diverses et nous en avons en réserve à peu près autant, sinon le double ou le triple.- De ces petits formats, j’en possède, mon cowebmestre en possède, et j’ai rencontré personnellement, en France, des collectionneurs qui en possèdent 10.000, 20.000, 30.000 et qui, régulièrement, nous en envoient des photos (scans). - Certains en font le commerce, d’autres non. - La plupart de ceux qui nous en font parvenir le font pour compléter une page, ajouter une information sur un auteur, un compositeur, un interprètre et la plupart ne nous demandent même pas de mentionner leur nom.

      Notre but est de faire connaître la chanson française d’une certaine époque. Nous sommes cités un peu partout - y compris à la Bibliothèque de France - comme étant un des sites les plus sérieux dans ce domaine. - Tant mieux ! - Ça fait dix ans que nous y travaillons...

      Nous n’avons pas les moyens, ni le temps de nous assurer de l’EXACTITUDE d’un envoi d’UN petit format sur les centaines que nous trions chaque mois. Surtout pas de vérifier si ce que VOUS avancez à propos d’UN de ces 1255 pf est exact.

      Si vous pensez que vos droit ont été laisés parce que UNE photo (un scan) d’un de VOS petits formats a été publiée par erreur, vous m’indiquez laquelle et je l’enlève demain matin. - Je ne vérifierai même pas si vous avez raison ou non. - Nous passerons ainsi, de 1255 photos à 1254. - J’ai une suggestion, cependant, à vous faire : permettez que je laisse la photo en place et que je dise que c’est de VOTRE collection et non pas de celui qui nous l’a fait parvenir avant même que nous sachions que vous existiez. - Je ne pense pas qu’il ait , avec la quantité qu’ils nous en a envoyés, de très grosses objections.

      Pour le reste, je m’en tiens à ce que que je vous ai dit précédemment : vous n’êtes pas PROPRIÉTAIRE d’une photo qui a été prise avant d’être entré en possession de votre petit format. - Si, cependant, VOUS avez pris (disons scanné) la photo que nous publions - ce qui me semble absurde puisque vous l’avez achetée à partir d’une photo,et que c’est cette photo que nous publions... mais passons - il me fera plaisir de vous citer mais cessez de nous traiter comme des escrocs :

      Notre site sur la chanson, en temps et en argent, nous coûtent personnellement plusieurs centaines d’Euros par année sans subvention, sans rabais de taxes, sans rien, mais nous sommes ravis d’investir cet argent pour que pour que le monde sache que Mayol, Dranem, Polin ont existé et ce n’est pas une contestation à propos d’un détail qui va nous empêcher de continuer.

      Sachez cependant que votre contestaion est la première en dix ans... parce que, si vous avez lu notre page sur les droits d’auteur, nous sommes des plus pointilleux là-dessus même si des enregistrements que nous avons traités nous-mêmes, des photos dont nous sommes les seules propriétaires, des pages entières de notre site ont été copiés sur d’autres sites, sur YouTube et dans différents blogs et même si, en France, tout comme au Canada, nous nous sommes créés des ennemis parce que nous diffusons GRATUITEMENT des informations qui, jusqu’à notre apparition, certains tenaient beaucoup à monnayer.

      Ceci est mon dernier message sur vos avancés.

      Cordialement,

      Paul Dubé
      www.chanson.udenap.org

    • Plusieurs petits formats, Monsieur, plusieurs (voir ma page sur Gallica).

      Pour les autres points, réponses plus tard.

      En attendant, pourquoi ne pas répondre aux questions posées ici ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)