Chez Eliane Daphy (site officiel - méfiez-vous des contrefaçons)

Accueil > Léon Pousthomis, illustrateur (1881-1916) > Elle est gentille. Chanson créée par Mayol, illustration Léon Pousthomis (...)

Elle est gentille. Chanson créée par Mayol, illustration Léon Pousthomis (medihal-00584767 20 Avril 2011 : une nouvelle attestation du répertoire Mayol)

lundi 2 mai 2011, par Eliane Daphy

Elle est gentille. Chanson créée par Mayol [intérieur, précision "aux Ambassadeurs"]. Paroles Rimbault et L. Bousquet, musique Ch. Borel-Clerc. [illustration signée] Pousthomis. Éditeur Ch. Borel-Clerc [cotage C.B.9 - non daté - catalogue medihal-00584766 - deux nouvelles attestations de chansons du répertoire Mayol inédites au Catalogue © Paul Dubé/Jacques Marchorio 2001-2010 consulté le 2 mai 2011 : 1) Dans l’ascenseur ; 2 ) Dolly ! Dolly ! [1] ]
Collection personnelle Eliane Daphy
Mots Clés : chanson-papier – édition musicale – Borel-Clerc – Mayol – Pousthomis

Elle est gentille. Chanson - Répertoire Mayol, Ch. Borel-Clerc Éditeur .

medihal-00584767, version 1
oai:medihal.archives-ouvertes.fr:medihal-00584767
Contributeur : Eliane Daphy <eliane.daphy@ehess.fr>
Soumis le : Mercredi 20 Avril 2011, 18:44:42

- Catalogue

Catalogue Ch. Borel-Clerc éditeur - Les œuvres du catalogue des œuvres de Charles Borel-Clerc - Verso Elle est gentille. Chanson - Répertoire Mayol, Ch. Borel-Clerc Éditeur .

Ce catalogue comporte 19 titres, attribués au « répertoire » d’un artiste, et ne mentionne pas le nom des paroliers. Le compositeur, Ch. Borel-Clerc, est valorisé par la mention : « extrait du catalogue des œuvres de Ch. Borel-Clerc », en caractères plus grands.

  • C’est pour vous que je chante : De Lilo
  • Clématite (existe en piano seul et orchestre) : Mayol
  • Chapelet bénit (Le) : Carmen Vildez
  • Dans l’ascenseur : Mayol
  • Dolly ! Dolly ! : Mayol
  • Ecoute-moi, Louloute : Esther Lekain
  • Ensemble : Lanthenay
  • Fanfan la Fleur : Bérard
  • Frisson qui passe (Le) : Lucy Nanon
  • France qui passe (La) : Dona - Carmen Vildez
  • Il suffit d’un froufrou : Myriame
  • Marche Orientale : De Lilo - Helda
  • Milliardaire américain (Le) : Darcet
  • Profitons du printemps : I. Huart
  • Quand le cœur chante : Joanyd
  • Quand elles se déshabillent : Lanthenay
  • Quand chantent les grillons : Bérard
  • Soleil (Le) : Bérard
  • Tes jolies choses : Mayol

Le catalogue en ligne de la BNF permet de compléter les informations sur tous ces titres :

  • C’est pour vous que je chante : De Lilo
    Paroles de H. Darsay, dépôt légal 1909 (FRBNF42866657)
  • Chapelet bénit (Le) : Carmen Vildez
    Paroles de Louis Bousquet, dépôt légal 1908 (FRBNF42866682)
  • Dans l’ascenseur : Mayol
    Paroles Paroles de A. Foucher et Géraum, dépôt légal 1908 (FRBNF42866705)
  • Dolly ! Dolly ! : Mayol
    Paroles Paroles de Armand Foucher, dépôt légal 1909 (FRBNF42866709)
  • Ecoute-moi, Louloute : Esther Lekain
    Paroles de Louis Bousquet, dépôt légal 1908 (FRBNF42866723)
  • Ensemble : Lanthenay
    Paroles de Maurice de Féraudy, dépôt légal 1909 (FRBNF42866735)
  • Fanfan la Fleur : Bérard
    Paroles de Louis Bousquet, dépôt légal 1909 (FRBNF42866747)
  • Frisson qui passe (Le) : Lucy Nanon
    Paroles de Henry Moreau, dépôt légal 1909 (FRBNF42866768)
  • France qui passe (La) : Dona - Carmen Vildez
    Chanson Satirique, paroles de A. Foucher, dépôt légal 1908 (FRBNF42866767)
  • Il suffit d’un froufrou : Myriame
    Paroles de Louis Bousquet, dépôt légal 1908 (FRBNF42866785)
  • Marche Orientale : De Lilo - Helda
    Paroles de Henri Darsay, , dépôt légal 1909 (FRBNF42866845)
  • Milliardaire américain (Le) : Darcet
    Paroles de Louis Bousquet, dépôt légal 1909 (FRBNF42866862)
  • Profitons du printemps : I. Huart
    Paroles de Louis Bousquet, dépôt légal 1908 (FRBNF42866925)
  • Quand le cœur chante : Joanyd
    Paroles de Louis Bousquet, dépôt légal 1908 (FRBNF42866945)
  • Quand elles se déshabillent : Lanthenay
    Chanson Satirique, paroles de A. Foucher, dépôt légal 1908 (FRBNF42866937)
  • Quand chantent les grillons : Bérard
    Paroles de Armand Foucher, dépôt légal 1909 (FRBNF42866936)
  • Soleil (Le) : Bérard
    Paroles de Louis Bousquet, dépôt légal 1908 (FRBNF42866990)
  • Tes jolies choses : Mayol
    Titre BNF : Les jolies choses (au lieu de Tes jolies… ;
    Paroles de William Bartay, dépôt légal 1909 (FRBNF42867003)

- Paroles (incipit)
Elle est né’ dans un faubourg de Paris
Et sur les bancs de d’ l’école elle apprit
Qu’il fallait ici-bas, pour être heureux
Avoir toujours le cœur généreux

- Enregistrements

Le titre a été enregistré au moins trois fois :

- Sur la chanson

Il s’agit donc d’une des premières chansons auto-éditées par Charles Borel-Clerc, comme le montre le cotage (C.B.9).


[1Référence : Paul Dubé & Jacques Marchorio, Catalogue en ligne du Répertoire Mayol : © Du temps des cerises aux feuilles mortes, Université de Napierville, udenap.org.
Le catalogue © Paul Dubé & Jacques Marchorio date la chanson de 1908. Une image de petit format (bas tronqué), identique au dépôt Médihal, était consultable sur le site (collection Jean-François Petit) en date du 2011/05/01. Les URL sur ce site n’étant pas stables, je ne les indique pas pour éviter les déconvenues aux internautes fréquentant mon site.

Messages

  • En date du 2010-05-02, la fiche chanson "Elle est gentille" a été rajouté au catalogue Mayol, Paul Dubé/Jacques Marchorio, © Du temps des cerises aux feuilles mortes, Université de Napierville, udenap.org. Encore une preuve de l’utilité de mon travail. Ce site gagnerait en crédibilité si au lieu de laisser en ligne des images volées de mon fonds scientifiques, attribuées à la « collection docteur Jacques Perroud », il indiquait les sources de ses recherches, dont de nombreuses attestations de chansons du répertoire Mayol attestées dans les catalogues déposés sur Médihal, voire même les images déposées sur Médihal.… Par ailleurs, mettre en ligne des petits formats, sans indiquer le lieu de consultation (aucune adresse, ou adresse électronique pour les collectionneurs, et souvent aucune indication des sources des images), n’est pas d’une grande utilité pour les chercheurs faisant des recherches sur la chanson.

    • Précisions : toutes les nouvelles attestations rajoutées au catalogue de Mayol sont datées « 2010-05-02 », Paul Dubé/Jacques Marchorio, © Du temps des cerises aux feuilles mortes, Université de Napierville, udenap.org. Et ceci, quelque soit la date de mise en ligne de la nouvelle fiche chanson.
      Le rajout de l’image du petit format, ou la substitution de la vignette (image de toute petite dimension, comme celles que l’on peut télécharger sur les sites de vente en ligne de partiions, ou sur Médihal) par une image de plus grande définition.

      Ainsi s’écrit l’histoire de la chanson !

    • Le site dutempsdescerisesauxfeuillesmortes s’est donné pour vocation d’amener les uns et les autres à la culture populaire. Il n’a rien d’un site auto-centré sur sa webmestre tel que le vôtre !!! et en plus il est rigoureux et ordonné, un plus pour les chercheurs, car quand on fait de la recherche, il faut être méthodique, cela ne semble pas être votre principale qualité. Voilà la seule différence .
      Quel besoin de vouloir tenir dans vos petites mains des images qui sont dans le domaine public !!! Laissez-les vivre et émouvoir les internautes qui vont les découvrir. Et au lieu d’être grincheuse... chantez !!!

    • @ Callasfor ever

      Mon site est un bog perso, et j’y mets ce dont j’ai envie. Et c’est un site où il y a à boire et à manger, un capharnaüm revendiqué. Votre évaluation du site des canulardiers est qu’il est rigoureux. Nous n’avons pas la même définition de la rigueur : chercher à berner les internautes en prétendant être un site universitaire, est-ce rigoureux ? C’est méthodique, je vous l’accorde. Mettre en ligne de nouvelles pages en les antidatant systématiquement, c’est certes méthodique aussi, mais pas vraiment rigoureux. Ne pas citer ses sources, c’est aussi méthodique, mais pas rigoureux. Voler des images de la BNF/Gallica sans citer les sources et en effaçant les timbres du dépôt légal, c’est aussi de mon point de vue de scientifique assez peu rigoureux. Et en plus, c’est contraire à la loi. Quant aux images du « domaine public » ? Elles sont en ligne où ? Je tiens dans mes petits cartons des chansons-papier que j’ai patiemment acquises, depuis des années, sur mes propres deniers, pour mes petites recherches. J’ai décidé de les offrir gratuitement aux internautes, en les mettant en ligne sur la banque d’archives ouvertes scientifiques Médihal. Je vous rassure : je n’ai reçu aucune subvention publique pour les acheter. Ces partitions ne sont pas du domaine public, en ce sens qu’elles ne font pas partie d’une collection publique, mais d’une collection personnelle.

      Piller des auteurs sans les citer, s’autoriser à raconter n’importe quoi, s’autoproclamer site de référence, c’est une étrange façon de transmettre l’histoire de la chanson.
      J’apprécie beaucoup votre évaluation scientifique : vous êtes du métier ? Quelle spécialité ? Vous avez lu mes publications scientifiques, évaluées par mes pairs ? C’est facile, elles sont en libre accès, gratis, je ne demande aucun argent pour me soutenir (par paypal).
      Mais puisque vous aimez tellement le site des canulardiers, allez donc leur donner quelque argent pour les soutenir :) - au lieu de perdre votre temps sur mon site.
      éliane, blogeuse autocentrée revendiquée

  • Que les choses soient claires : le problème n’est pas que Paul Dubé & Jacques Marchorio fassent entrer à leur catalogue Mayol© de nouvelles attestations de chansons (ou d’images de partition), c’est que toutes les nouvelles fiches entrées au catalogue avec une nouvelle fiche portent la date de "2010-05-02", ce qui est une falsification des données. Ce catalogue gagnerait en crédibilité si 1) les dates de création de page pour une nouvelle chanson était celle de la création de la page et 2) la date de la dernière modification des pages du site était affichée.

    • Pauvre, pauvre Élyane,

      Pourquoi je ne réponds pas à vos questions ?

      Parce que vous confondez tout : copyrights, droit d’auteur, droit des compositeurs, droit des illustrateurs, droit des photographes, droit des concepteurs, droit des dessinateurs y compris les droits relatifs à la propriété intellectuelle et à la propriété physique, les droits relatifs au soin, à la garde et au contrôle de biens confiés et ces autres droits qui relèvent du même domaine : les droits d’imprimer, de reproduire, de publier, d’exposer, de revendre, de détruire (même), y compris le droit de cataloguer, de dresser des listes, de CITER. - Ne vous manque plus qu’à invoquer l’imprimatur du Vatican.

      « La cigale » que vous dites de Mayol ? - Je ne ferai certainement pas des recherches pour vous démontrer encore une fois que vous mêlez tout :

      Une PHOTO de la première page de son petit format équivaudrait, si j’en avais une, à une CITATION mais - renseignez-vous également là-dessus -, cette photo ne peut en aucun cas être de la même grandeur que le petit format ni en être une copie qui pourrait porter à confusion et, pour l’utiliser, il faut avoir la permission de CELUI QUI A PRISE CETTE PHOTO, non pas de celui qui, par la suite, s’est porté acquéreur du petit format en question.

      Qu’est-ce que, dans cette phrase, vous ne comprenez pas ?

      Quant à vos autres demandes :

      Les paroles à l’intérieur de ce petit format appartiennent toujours à leur(s) auteur(s) ou à ses(leurs) ayants-droit sauf s’il est décédé depuis 75 ans (et encore : il faut ajouter des années suplémentaires à cause des deux guerres).

      Idem pour la musique, l’illustration, s’il y en a une, la photo...

      Et vous nous demandez d’en publier et les paroles et la musique ?

      Je regrette mais ce n’est pas le genre de la maison.

      Vous trouverez que quelques exemples de paroles et de musique sur notre site et toujours en mode CITATION avec, à moins d’une erreur, la permission des auteurs et des compositeurs. - L’un d’entre eux nous a d’ailleurs permis de ne citer que deux chansons (de son immense répertoire) à titre d’exemples mais pas plus. Nous nous sommes pliés à ses exigences car il était parfaitement dans son droit.

      Cela étant dit - et pourtant je m’étais promis de ne plus vous écrire - la raison pour laquelle je suis intervenu dans vos élucubrations était pour que vos lecteurs ne soient pas trop induits en erreur mais plus je vous lis, plus je constate que vous aimez vous enfoncer dans des choses que vous ne connaissez pas : vous me paraissez de plus en plus ce qu’on appelle, dans mon métier, une avocate de basse-cour : elles lisent un bout de loi et se mette immédiatement à plaider.

      En espérant que vos lecteurs ont déjà compris parce que, bientôt, je sens vous allez donner des idées aux propriétaires de la tour Eiffel qui vont exiger qu’aucune photo de leur tour soit publiée sans leur consentement écrit ; enfin, peut-être pas parce que, tout de même, elle a plus ans, cette tour, mais la peinture qu’ils lui ajoutent régulièrement ? Ils sont ceux qui ont conçu, organisé et payer pour, à tout le moins, la dernière couche et qu’est-ce qu’on voit sur une photo de LEUR tour ? La peinture. Doit bien y avoir des copyrights là-dessus.

      Et, tandis que je suis là, regardez donc dans un bon dictionnaire la définition du mot « canular », ce mot familier que vous utilisez pour décrire l’université de Napierville. L’université de Napierville n’est pas un « canular » (mot signifiant « mystification dans le but de tromper ») mais une « parodie », une autre nuance qui vous a échappé.

      Ceci est ma dernière intervention.

      Ceux qui voudraient de VRAIS renseignements sur notre site, n’ont qu’à nous écrire directement.

      Paul Dubé
      dutempsdescerisesauxfeuillesmortes.NET

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)