Chez Eliane Daphy (site officiel - méfiez-vous des contrefaçons)

Accueil > Publications et productions > Publications en archives ouvertes > Eliane Daphy. Et je te la fais en version courte... ou du recueil des (...)

Eliane Daphy. Et je te la fais en version courte... ou du recueil des paroles à rire chez les musiciens (Archives ouvertes Hal-Shs)

AOI Texte intégral en ligne en accès libre

lundi 7 janvier 2008, par Eliane Daphy

Référence de publication (pour citer cet article) :
Daphy Eliane, 1999, « Et je te la fais en version courte... ou du recueil des paroles à rire chez les musiciens », in Paroles à rire, sous la direction d’Eliane Daphy et Diana Rey-Hulman, avec la collaboration de Micheline Lebarbier [Actes des Journées d’études du Centre de l’Oralité de l’Inalco avec la participation du Laboratoire d’anthropologie urbaine du Cnrs], Paris, INALCO (Colloques Langues’O), pp. 21-39

http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00003245/fr/
oai:halshs.archives-ouvertes.fr:halshs-00003245_v1
halshs-00003245- Mise en ligne 2004/10/09

Résumé
Une partie importante des paroles à rire des professionnels de la musique traite des musiciens, de leurs caractéristiques, de leurs pratiques et de leurs conditions de travail. Ces thèmes forment un discours réflexif susceptible d’informer sur la conception qu’ont les musiciens de leur métier. Dans les conditions naturelles de production de ces paroles à rire, l’auteur distingue deux modèles d’énonciation, celui de l’échange restreint (transmission duelle le plus souvent) et celui de l’échange généralisé (joute). En confrontant les options d’enquête utilisées pour recueillir ces paroles à rire, l’auteur démontre la contradiction existante entre l’observation in situ et l’enregistrement hors contexte. La participation aux échanges collectifs de paroles à rire permet à l’ethnologue de comprendre le sens du rire, mais elle pose des problèmes de mémorisation et de constitution d’un corpus ; une collecte enregistrée hors contexte produit des témoignages parcellaires sans rapport avec la complexité des textes émis dans les circonstances rituelles naturelles. L’article invite donc à réfléchir sur le rôle du contexte dans la production des textes de l’oralité.


« Y ya te la hice en versión corta... » o sobre la recolección de palabras para reir entre los músicos
Una parte importante de las palabras para reir de los profesionales de la música trata sobre los músicos, de sus características, de sus prácticas y de sus condiciones de trabajo. Estos temas forman un discurso reflexivo susceptible de informar sobre la concepción que tienen los músicos sobre su especialidad. Dentro de las condiciones naturales de producción de estas palabras para reír, la autora distingue dos modelos de enunciación : uno de intercambio restringido (transmisión dual por lo general) y otro de intercambio generalizado (duelo de palabras). Al confrontar las opciones de investigación utilizadas para recoger estas palabras para reir, la autora demuestra la contradicción entre la observación in situ y el registro fuera de contexto. La participación en los intercambios de colectivos de palabras para reir permite al etnólogo comprender el sentido de la risa, pero conlleva problemas de memorización y de conformación de un corpus. Una colección obtenida por registros fuera de contexto produce testimonios fragmentados sin la correlación con la complejidad de textos emitidos durante las circunstancias rituales naturales. El artículo invita a una reflexión sobre el rol del contexto en la producción de textos de la oralidad. (Traducción Patricia Torres Mejía)


"And I’ll give you the short version..." or about the collection of words for laughter among musicians
A great number of words for laughter of music professionals are about musicians, their characteristics, their practices, and their working conditions. These topics provide matter for reflexion on how musicians perceive their profession. Among the natural conditions of production of these words for laughter, the author distinguishes two models of enunciation. One of restricted exchange (generally, dual transmission) and another of generalized exchange (duel). By confronting the research options for collecting such words for laughter, the author shows the contradiction between in situ observation and recording out of context. Participation in collective exchanges of words for laughter enables the ethnologist to understand the sense of the laughter but it poses problem of memorization and corpus creation. A collection recorded out of context produces fragmented testimonies without any relation to the complexity of texts produced in natural ritual circumstances. The article invites us, therefore, to think about the role of the context in the production of oral texts. (Translated by Patricia Torres Mejía)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)